La part des facteurs psychologiques dans le contrôle de ce que nous mangeons et dans nos apports alimentaires est bien plus importante qu’on ne l’imagine.

Toutes les raisons qui nous font manger…

La consommation alimentaire n’est donc pas basée uniquement sur la satisfaction des besoins physiologiques de faim ou de soif. C’est ce que révèle un article publié en octobre 2014 dans la revue professionnelle « IFST » (Institute of Food Science & Technology) : manger pour répondre au besoin primaire de faim n’est qu’une infime raison au regard des nombreux autres facteurs « psychologiques » qui entrent en ligne de compte dans nos choix alimentaires où connaissances, savoir, croyances, dimension hédonique (plaisir de manger), émotions et environnement sont autant d’éléments qui vont venir influencer nos décisions.

Retrouvez la suite de mon article ici

Source : Consoglobe 

Photo : MST7022 sur Flickr