Affichage de 353 résultat(s)

Les fruits et légumes de février

Le mois de février est là : nouvel an chinois, chandeleur … Mais ce sont aussi des fruits et des légumes de saison à mettre dans notre assiette.

Certes, les fruits et légumes de février ne sont pas trop nombreux, surtout coté fruits, mais ils permettent de faire des plats roboratifs, chauds, des soupes épaisses tout en apportant des vitamines et minéraux importants en cette période hivernale. Et puis c’est une source de fibres importantes, fibres qui aident à protéger du cancer du colon, rassassient et contribuent à réguler la glycémie, le cholestérol et l’appétit.

Les radis rose, rouge ou noir sont une alternative plutôt healthy aux tomates cerise dont la saison est majoritairement estivale ou aux cacahuètes pour les apéritifs.

Je partage avec vous mon astuce anti gaspi si vous avez des radis de jardin ou bio non traités : utilisez les fanes pour faire des soupes, des tartes, des pesto, des pizza…

Retrouvez des recettes inspirantes et faciles sur mon blog dans la rubrique recette et choisissez entrée, plat ou accompagnement.

Vous trouverez des recettes rapides, équilibrées et souvent plutôt légères pour le porte monnaie comme pour la ligne.

Manger des fruits et légumes de saison est aussi un atout économique.

Les légumes de février sont : carottes, endives, radis, navet, oignon, cresson, poireau, pomme de terre par exemple.

Les fruits de février sont : les agrumes dont les pomelos, mandarines, clémentines, citrons, cédrats, kumquats dans certaines régions, pommes, poires, et les kiwis. Avez vous déjà essayé les kiwi de l’Adour ? Locaux, costauds ils apportent plein de vitamine C indispensable pour lutter contre les infections hivernales. Cet acide ascorbique est aussi important pour lutter contre la fatigue.

Attention : la vitamine C est fragile, il fat donc éviter de faire cuire les fruits riches en vitamine C.

Une recette originale à base de radis et de chou fleur, 2 légumes du mois de février : carpaccio-radis-chou-fleur-graines-et oxalys

L’allergie aux poissons chez les enfants

Allergies ou intolérances alimentaires, quelles différences ?


Dans un premier temps, il est important de ne pas confondre intolérance et allergie alimentaire: “L’intolérance au poisson peut se manifester via des symptômes inconfortables comme des maux de ventre.

Il peut être recommandé de consulter un médecin dans ce cas de figure.

Pour ce qui est de l’allergie, il s’agit d’un phénomène beaucoup plus grave qui doit nécessiter une consultation rapide (voire en urgence) du pédiatre ou médecin traitant.

Causes : pourquoi mon bébé est allergique au poisson ? À quel âge ?


Les causes de l’allergie sont souvent peu aisées à expliquer, mais souvent, le facteur génétique est de la partie pour les allergies alimentaire.

Si des parents sont eux-mêmes allergiques au poisson, les risques que leur enfant contracte ces mêmes allergies sont plus importants.

Il faut aussi souligner que l’allergie au poisson apparaît généralement vers l’âge de 1 an chez l’enfant, comme pour l’allergie à l’œuf.

Saumon, moules, thon…
Quels sont les aliments à l’origine de la réaction allergique ?


Mais lorsque l’on parle de poisson, c’est large !! Quelles espèces de poissons sont susceptibles de donner lieu à une allergie alimentaire ?

Existe-t-il des exceptions parmi la faune sous-marine ?

L’allergie au poisson est dû à une protéine présente dans toutes les espèces de poissons.

Il faut aussi éviter les sauces à base de poisson ou encore les surimis.

Même si c’est plus rare que les enfants en mangent, les œufs de poisson comme le caviar peuvent aussi être des aliments allergisants.

Certains enfants très allergiques peuvent même avoir une réaction via les vapeurs de cuisson ou un simple contact cutané, comme recevoir un baiser d’une personne ayant mangé du poisson.

Toutefois, sachez que c’est le médecin allergologue qui testera au cas par cas les poissons à éviter.

Quels sont les symptômes d’une allergie au poisson chez l’enfant et le nourrisson ? Comment se manifeste elle ?


Les symptômes d’une réaction allergique à un élément allergène sont multiples et divers, mais souvent croisés et dangereux.

Sans les symptômes d’une allergie aux poissons, on trouve des éruptions cutanées, comme de l’urticaire ou encore de l’eczéma.

Il peut aussi y avoir des symptômes plus communs comme le nez qui coule ou des éternuements.

Des troubles digestifs peuvent apparaître comme des vomissements, des douleurs abdominales ou des diarrhées.

Les symptômes les plus graves sont généralement respiratoires, avec l’apparition de crises d’asthme ou d’œdèmes de Quincke.

Le choc anaphylactique est la réaction la plus dangereuse. Elle entraîne une perte de connaissance, voire la mort si elle n’est pas prise en charge médicalement à temps.

Une réaction allergique se déclenche très vite, dans l’heure voire les minutes suivant l’ingestion de l’aliment allergène ou l’inhalation des vapeurs de cuisson”.

A retrouver intégralement sur PARENTS.FR

Recettes et avis d’expert nutrition sur les eaux aromatisées

Retrouvez recettes et mon avis d’expert nutrition pour Magic Maman sur l’eau à boire et les eaux aromatisées ou infused water : un grand sujet en cette saison estivale aec des températures caniculaires dans certaines régions.

 

Afin de bien supporter les périodes de canicule, il faut une alimentation adaptée à la chaleur, certes. Mais il faut avant toute chose bien s’hydrater ! Pour cela, rien de mieux que l’eau aromatisée, ou infused water. Cette dernière, en plus de rendre hyper bien en photo Instagram, est également bonne pour la santé. Ysabelle Levasseur, diététicienne et nutritionniste, nous en apprend plus sur cette recette qui donne l’eau à la bouche.

Comment préparer une eau aromatisée ?

L’eau détox est très simple à préparer. Dans une grande carafe, versez de l’eau. Jusqu’ici, vous suivez ? Ensuite, il vous faut découper des fruits et légumes frais, non abîmés et bio de préférence, accompagnés d’éventuels épices ou plantes aromatiques. Disposez le tout dans la carafe. Une fois votre concoction prête, vous devez la laisser reposer entre deux heures et toute une nuit. Plus l’eau infuse longtemps, plus le goût sera marqué. Armez-vous donc de patience ! Une fois que l’eau est pleine de saveurs, servez-la bien fraîche avec des glaçons. Sa douceur peut accompagner n’importe quel repas ! Côté conservation, vous pouvez laisser votre eau au frais deux jours sans aucun souci.

 

La quantité d’eau recommandée, âge par âge

Ysabelle Levasseur nous développe les différentes moyennes d’apports hydriques (hors eau des aliments) recommandées en fonction des âges. Il est ainsi préconisé de boire quotidiennement :

  • 1,2 L par jour pour les enfants de 4 à 8 ans
  • De 1,3 L à 1,4 L pour les enfants de 9 à 13 ans
  • Entre 1,4 et 1,7 L pour les adolescents âgés de 14 ans et plus
  • 1 à 1,5 L pour les adultes

Ces recommandations suivent notamment les indications de Manger Bouger, le programme national nutrition santé. « L’été, il faut boire à minima ces quantités », explique notre experte de la nutrition. Celle-ci insiste par ailleurs sur le fait qu’il faille boire avant d’avoir soif. « Les enfants bougent et ont rarement le réflexe de s’arrêter pour boire : penser à leur proposer de boire de l’eau nature régulièrement ! ». En cas de forte chaleur, d’activités physiques intenses, de fièvres ou de diarrhées, il faut mettre les bouchées double question hydratation. Ysabelle Levasseur recommande ainsi de boire régulièrement de petites gorgées d’eau (pas trop froide). « Pensez aussi aux légumes d’été riches en eau comme le concombre ou la tomate ! », suggère-t-elle finalement.

Retrouver l’intégralité de l’article ici

 

Les basiques de ma cuisine : interview pour Medisite

On se demande souvent ce que mange une diététicienne ! Et bien, je vous révèle ici quelques uns de mes basiques présents au quotidien dans ma cuisine.

Mes indispensables du réfrigérateur

  • Du kéfir et des yaourts natures : “Pour les apports en ferments lactiques, les protéines et le calcium”.
  • Du fromage de chèvre : “Je consomme surtout du Ste maure de Touraine ou du Banon pour la gourmandise et les apports en calcium”.
  • Du beurre baraté demi-sel : “Il a de bons apports en vitamines A et D. Je l’ajoute modérément cru à l’assiette et je ne le fais jamais cuire pour bénéficier de tous ses atouts nutritionnels”.
  • Des infusions froides : “J’en déguste tout au long de la journée et je varie les ingrédients selon les saisons : vigne rouge l’été ou thym l’hiver, et j’alterne avec des mélanges bio comme des toniques à base de plantes de la Drôme. Ces mélanges sont intéressants car ils permettent de bénéficier de la synergie des plantes. Je mets un point d’honneur à utiliser uniquement des produits bio pour éviter de boire des pesticides”.

Mes indispensables du congélateur

A retrouver ici

Mes indispensables dans l’épicerie

  • Un mélange de 4 ou 5 huiles bio extraite à froid : “J’utilise un mélange d’huile de chanvre, olive, sésame, noyau d’abricots ou un mélange de colza, sésame, olive, pépins de courge par exemples, pour les apports en oméga 3,6,9 et la vitamine E. Cela m’évite d’avoir plusieurs bouteilles et de les voir se périmer faute d’utilisation ! Il faut toujours les choisir bio et de première pression pour éviter les pesticides”.
  • Des conserves de sardine au naturel : “Pour les apports en protéines, oméga 3, fer, vitamine D et calcium. C’est aussi une source de protéines facile à consommer le soir et c’est également assez économique”.
  • Des œufs : “Je les utilise surtout pour réaliser des gâteaux et avoir une source de protéines animales économiques. Cela m’assure d’avoir de bons apports en oméga 3 dont notre consommation est plutôt défaillante”.
  • Des pois chiche, lentilles ou haricots rouges : “Pour préparer des currys, des dahls ou des plats froids riches en minéraux et protéines végétales. C’est une source économique de fibres bons pour le transit”.
  • Des conserves de légumes lacto-fermentés : “Pour enrichir sa flore intestinale de bonnes bactéries et s’assurer d’apports en fibres au quotidien”.
    Du miel de petits producteurs locaux : “Pour sucrer naturellement les infusions ou les desserts en faisant un geste citoyen et préserver la biodiversité en soutenant les apiculteurs et les abeilles”.

L’article complet à retrouver ici 

 

Photo :