• Un rapport de l’ANSES récemment publié évalue les bénéfices et les risques concernant l’usage des édulcorants intenses, dont la consommation a fortement augmenté depuis ces vingt dernières années.
  • Ce rapport ne démontre aucun bénéfice de la consommation d’édulcorants intenses sur le contrôle du poids, la glycémie chez les sujets diabétiques ou l’incidence du diabète de type 2.
  • II ne permet pas non plus d’établir de lien entre la consommation des édulcorants et l’habituation au goût sucré, ni de lien avec des risques accrus de diabète ou de cancers.
  • Sur cette base, l’Agence estime qu’il n’existe pas d’élément probant permettant d’encourager la substitution du sucre par des édulcorants intenses dans le cadre d’une politique de santé publique.

Sources : AFDN, ANSES